ANDREA CREWS – Youth brigade

Andrea Crews a déjà 15 ans. Loin de faire sa crise d’adolescence, la marque française fondée en 2002 par Maroussia Rebecq nous invite, cette saison, à retourner sur les bancs de l’école… mais pas n’importe laquelle. Andrea Crews est surdoué, et si 15 ans est synonyme d’entrée au lycée, c’est directement à l’université qu'elle nous envoie.

andreacrews-ss18-article-03

(c) Antoine de Almeida

andreacrews-ss18-article-08

(c) Chantapitch

andreacrews-ss18-article-09

(c) Samuel Lehuede

Andrea Crews présente une collection printemps-été 2018 en collaboration avec Sergio Tacchini. Une collection au style épuré, forcément inspirée par la street culture des années 90, mêlant éléments oversize, unisexe et colorés. « Yale », « Harvard », floqués sur les hoodies, les deux noms parfois fusionnés l’un à l’autre sur des t-shirts coupés en deux, recousus pour ne faire plus qu'un. Les imprimés sur les t-shirts appellent à la « resistance », et évoquent cette « youth brigade » pleine d’avenir, donc pleine d’espoir, une bande de jeunes gens cools au bon goût assumé.

andreacrews-ss18-article-05

(c) Chantapitch

andreacrews-ss18-article-07 andreacrews-ss18-article-02

left: (c) Yvana Bolinois – right: (c) Chantapitch

andreacrews-ss18-article-01

(c) Chantapitch

Andrea Crews ose l’asymétrie, dans les coupes, avec cette chemise aux pans plus courts l’un que l’autre, comme l’a fait A-Cold-Wall* cette saison, et dans les motifs, mariant une couleur unie à des rayures. Les zips aux pieds des pantalons, par exemple, ajoutent un détail sportswear à une collection bien ancrée dans son époque. La marque parisienne détourne les codes de la mode à travers son streetwear couture, et en adoptant une démarche éthique : l’upcycling – dont nous parlions déjà dans notre article sur Piet Hein Eek.

andreacrews-ss18-article-06

(c) Yvana Bolinois